Le covid-19, l’absent de la campagne pour les élections du 20 mai

Alors que le covid-19 continue de faire des ravages dans le  monde sans épargner le Burundi (bien que de faible intensité),  les Burundais  continuent à se rassembler comme si de rien n’était. Point fort  de  ces rassemblements, la campagne électorale  qui réunit des milliers de burundais, pesant par là le risque de contamination massive. Et ce qui étonne notre collègue Patient Muzima, c’est le silence de  candidats face à ce danger mortel, cet ennemi de la liberté. 

En  dépit de l’épidémie de coronavirus,  la campagne pour les élections présidentielle, législatives et municipales du 20 mai au Burundi bat son plein depuis le 27 avril 2020.  Cette maladie n’a en tout cas pas dissuadé les gens de se déplacer. Illustration, le candidat du CNDD FDD, Evariste Ndayishimiye, rassemble des milliers. De même  que le  candidat du Conseil national pour la liberté, le CNL, principal parti d’opposition, Agathon Rwasa. Il  rassemble lui  aussi  une foule impressionnante.  

En plus de ces deux ténors,  cinq  autres candidats rassemblent aussi du monde. Ils envahissent  l’espace public pour vendre leurs programmes politiques.  Toutefois, ces programmes  accusent un absent de taille : à l’heure du  coronavirus, aucun candidat  n’a fait allusion de cette pandémie. Le chef de l’Etat sortant a seulement remercié Dieu pour la « joie » qui prévaudrait au Burundi, « alors que partout ailleurs dans le monde, c’est totalement différent », tandis que pour premier vice-président Gaston Sindimwo, le Covid-19 « ne va pas empêcher la tenue des élections (…) car nous sommes un peuple béni par Dieu »

Adapter le  discours de campagne au Covid-19

Pour commencer, je dois dire que je partage le même point de vie  qu’un de mes collègues lorsqu’il propose que la campagne en cours devrait  s’adapter au covid.  Suite au Covid-19, cette campagne électorale ne devrait pas être comme les autres. Comme par exemple  le fait qu’au lieu des rassemblements, le lavage des mains, le port de masque et le dépistage de la fièvre par thermoflash devraient être une obligation avant l’entrée au meeting. Encore  qu’en  lieu et place des  rassemblements, la stratégie du porte-à-porte devait être privilégiée parce qu’impossible de respecter la distanciation sociale. 

Qui plus est, la campagne électorale pourrait  aussi  se jouer sur le terrain des réseaux  sociaux, incontournables dans ce monde devenu hyper connecté. Ou  recourir  à  la radio qui représente 70 % de l’audience médiatique au Burundi, via des messages  radiophoniques. Les candidats pourraient aussi recourir  à l’usage des mégaphones portés par des véhicules  en  mouvement, des affiches de campagnes ou panneaux publicitaires  pour lutter  contre les  attroupements. 

Et comme c’est  déjà relevé, la covid-19  étant  l’ennemi de la liberté et  par-dessous tout  de la liberté économique,  il est  compréhensible  que les politiques, ceux en compétition  surtout puissent, dans leurs programmes,  penser aux mesure non seulement de riposte  mais aussi de résilience. 

C’est le moment pour eux de montrer de quoi  ils sont capables ou leurs capacités d’adaptation. Dans un monde qui ne peut plus échapper à la liberté  économique, nos compétiteurs  politiques devraient rivaliser de stratégies. De stratégies qui  de  mon point de  vue  devraient  allaient dans le sens de proposer des  voies et moyens de sortir de la pandémie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *