CENTRE FOR DEVELOPMENT AND ENTERPRISES GREAT LAKES CDE ACADEMY,Economie Concurrence et Coopération : Et si David Boaz avait raison ?

Concurrence et Coopération : Et si David Boaz avait raison ?



«Dans un marché libre, les gens réalisent leurs objectifs en découvrant ce que les autres veulent et en essayant de le leur offrir». Dans le développement ci-dessous, le blogueur Cédric Bahimpundu démontre que Boaz, auteur de cette citation, a raison

Tout système de pensée, qu’il soit philosophique, économique, politique, etc., essuie toujours des critiques acerbes de la part de ses pourfendeurs. Un paradigme et ses critiques sont deux éléments consubstantiels. Le capitalisme n’échappe guère à cette loi. Mais cela devrait-il nous rendre naïf et avaler toute critique qui lui est adressée, à partir du moment où l’homme se montre souvent d’une habilité inouïe quand il faut verser sa bile sur autrui ? Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le capitalisme et ses variantes sont souvent traités de tous les noms d’oiseaux. Les plus récurrents étant la cupidité, l’atomisme, etc. Ces clichés David Boaz les a déconstruits et je m’avoue convaincu.

Une rencontre fructueuse

Reçu lors d’une compétition organisée par Students For Liberty, le livre « La Moralité du Capitalisme » m’a agréablement surpris. Dans ce florilège d’essais, des hommes éminents, Prix Nobel et professeurs de renom exposent leurs visions rationnelles sur le capitalisme. Contrairement à ce que certains veulent montrer en jouant sur les émotions, en l’occurrence, que nous sommes les proies des entrepreneurs, cette concurrence est plutôt au service de deux parties. Et cela découle, trouve-je, de la logique la plus élémentaire, la concurrence n’est autre chose qu’une expression de la coopération. Je ne pense pas être le seul parmi ceux qui ont entendu des propos du genre « Le capitalisme est une course immorale et effrénée vers l’argent ». Cela est, je pense, une simplification trop facile et rapide de ceux qui tiennent ce genre de discours. Je suis tout à fait d’accord avec David Boaz quand il écrit : « Dans un marché libre, les gens réalisent leurs objectifs en découvrant ce que les autres veulent et en essayant de le leur offrir ».

Cette affirmation peut se vérifier dans la vie courante. Supposons que, par exemple, le marché des Smartphones était le monopole d’une seule et unique compagnie. Les consommateurs seraient les proies de cette dernière. Nul doute que cette entreprise serrerait les acheteurs dans un étau fatidique.

Heureusement qu’il y a la concurrence qui facilite la vie par la multitude de choix entre produits venant de partout. Une preuve éloquente de la « coopération » que la libre concurrence sait très bien générer.