Les Moocs, alternative pour l’insertion professionnelle

Les lauréats de différentes universités ont du mal à décrocher du travail à la fin de leurs études. Notre collègue Arthur Bizimana leur conseille de privilégier les Massive Open Online Course (MOOCS)  en vue maximiser leur chance sur le marché du travail.

Il est 10h à Bujumbura.  Nous entrons un à un pour passer l’interview à la quête d’un stage professionnel. C’est à l’entreprise de communication Lumitel. A chaque fois que l’un d’entre nous sort de l’interview, nous nous nous ruons vers lui pour nous tuyauter en vue de pouvoir anticiper les réponses.

Certaines questions reviennent presque de tous. Entre autres, qu’est-ce que vous avez étudié à l’université ? S’agit-il de votre faculté souhaitée ? Sinon, qu’est-ce que vous auriez étudié ?

La plupart des candidats qui viennent de passer l’interview regrettent leurs choix. Ils reconnaissent s’être trompés du choix d’orientation au sortir du secondaire. Heureusement, ce stage n’exige aucune compétence excepté un diplôme universitaire.   

Accès aux enseignements gratuits

Il y a une chance de garder nos ambitions en passe de disparition. Nombreux sont les lauréats à se demander comment cela peut se réaliser. Plusieurs opportunités d’apprentissage en ligne, en l’occurrence les MOOCs sont à leur disposition, mais rares sont les  lauréats à en profiter.

Ces cours peuvent aider n’importe qui le veut à contourner les difficultés d’avoir poursuivi des études qui ne sont pas très prisées au marché du travail ou à compléter leur formation. Qui plus est, ces cours sont universellement libres d’accès. Le certificat est payant mais il a le privilège d’avoir une notoriété internationale.

Les Moocs sont d’une grande utilité, surtout qu’ils donnent accès à des enseignements de meilleurs experts du monde sur tel ou tel sujet et à des connaissances qui sont difficiles à obtenir.

Une opportunité à saisir  

Il est important de citer quelques plateformes qui dispensent ces cours parmi lesquels nous trouvons Coursera, Udacity et caetera. Une autre chose importante est que ces Moocs offrent une variété diverse de matériel d’apprentissage entre autres : articles, vidéos, fils de discussions et d’autres, sur une période qui va généralement de cinq à douze semaines.

Pierre témoigne en avoir profité. Ayant étudié à l’IPA (Institut de Pédagogie Appliquée), il est l’un des bacheliers qui se lamentaient d’avoir poursuivi des facultés ou instituts qui ne répondent pas à ses aspirations.

Après avoir suivi les Moocs, il est devenu un meilleur programmeur. D’ailleurs, il est souvent sollicité par des entrepreneurs pour leur réaliser des logiciels. Pierre n’est pas le seul à en avoir tiré profit. Jean de Dieu, lui aussi, est monteur et photographe professionnel grâce aux Moocs.  

Pierre et Jean de Dieu conseillent à d’autres jeunes de profiter de ces opportunités qui se présentent pour se préparer aux mutations en cours

et renouer avec leurs ambitions, surtout que sur ces plateformes, il y a plusieurs options